"Je n'écris pas pour luire ou pour chercher de l'or  /Simplement je voltige"  (Chansons de Roland)    drapeau belge
    
                Georges Roland
 

Les pipoles de mes Marolles

Tu sais pas encore tous les personnages qui se mouvent dans mes Marolles, hein? Je te les présente une fois pour que tu vois bien qui c'est. Un peu comme le wouswou de mes romans brusselois.

D'abord, il y a l'agent Bertrand Dughesclain, un flic qui ressemble comme deux gouttes d'eau à l'agent 15 de Quick et Flupke (Hergé). D'ailleurs je l'ai tiré en portrait quand il arrêtait ces deux lascars, un jour, derrière le Vismet.
Tu sais le voir tous les jours quand il promène son pilairezaaiker au coin de la rue des Chartreux et du Vieux Marché aux Grains.

 

                                                   

 Son chef, et aussi son idole, c'est le commissaire Guy Carmel, l'as de la police, le peï qui résoud toutes les énigmes. J'ai pas de photos car il veut pas se faire reconnaître trop facilement. Tu comprends, hein?

Le commissaire, il a une fille, Arlette. C'est pas une facile, celle-là, tu sais. Elle était collée avec un espèce de gorille qui est maintenant en pension à la prison de Forest, mais elle aime bien boxer aussi. Deux dents, que ça a coûté à un slumme qui voulait draguer sur elle. Et Jules il a pris une rammeling que je te dis pas quelle car il voulait aussi. Il faut dire que c'est une mokke qui risque pas de couler si elle tombe dans le canal, fieu, avec les flotteurs qu'elle a! Pas de photo, hein, c'est pas le magazine de l'homme,ici!
 

Au dépôt du tram, il y a Roza la rame de métro, et sa copine Monique, et puis Jef Matras et Saïd les conducteurs, etTichke Mosselbeuze, le gardien de nuit. C'est des vrais qui te racontent tout droit dihors.

Et une que tu connais pas encore bien, c'est madame Gilberte, la femme à journée qui vient cocher les rames du métro. Celle-là, elle va encore faire parler d'elle, tu vas voir ça. Avec sa copine Bertha,(tu sais, celle qui tient la brasserie Pill ousqu'on mange un stoemp au moambe de première qualité).  Amaï, fieu, ça sont deux que tu leur raconteras jamais que le bon dieu il habite sur un pommier, tu sais?


                                        

Tu as compris que mes Marolles, ça est un monde peuplé de Charels que tu trouves difficilement en-dessous du pneu de ton tous-terrains, même si c'est un spécial pour monter sur les trottoirs de la rue Blaes.

 

 

 


 




Créé avec Créer un site
Créer un site gratuitement